Interview de Kevin Hanot, serial entrepreneur par Yveline Glaude-Brécy.

5

Je vous invite à découvrir l’article sur la Grande santé sur http://www.reveletonpotentielpourtonsucces.com/la-grande-sante/ et à échanger avec nous en nous faisant part de vos commentaires.
Chaleureusement,
Ariane et Yveline

***

Retrouvez-moi et mon équipe sur « Révèle ton potentiel pour ton succès » – En quête de Sens, En quête de Soi  / Estime de Soi & Ambition & Spiritualité.

Vous voulez plus d’authenticité dans votre Vie, plus de Spiritualité, plus de Réalisation, plus d’Harmonie ?

Rejoignez-nous sur « Révèle ton potentiel pour ton succès » : http://www.reveletonpotentielpourtonsucces.com/

 

***

Révèle ton potentielRetrouvez l’interview que m’a accordée Kevin Hanot, serial entrepreneur à succès, lors du Mastermind du Sud, organisé par Mikaël Messa, sur le thème : « comment découvrir et libérer son potentiel ? »

Comment découvrir et libérer son potentiel ? Interview de Kevin Hanot.

Voeux 2015 – Bonne année

32

personnage voeux 2015

 

Penser grand, rêver grand !

Wolfgang Amadeus Mozart

Concerto n ° 3 en mi bémol majeur pour cor et orchestre , K. 447_ I. Allegro moderato

Concerto n ° 3 en mi bémol majeur pour cor et orchestre , K. 447_ II . Romanza_ Andante

Concerto n ° 3 en mi bémol majeur pour cor et orchestre , K. 447_ III . Rondo_ Allegro vivace

fotolia_73741935 - copiesligne.1005
Une pensée est un fait.

Le pouvoir qui caractérise le succès est le pouvoir de votre pensée. Comment accorder votre vie à vos projets et à vos ambitions ?

Une pensée est véritablement un fait puissant lorsqu’elle allie un objectif défini (la richesse, par exemple), la persévérance et le désir.

Prenons un exemple précis. Il y a quelques années, un désir naissait dans le cerveau d’Edwin C. Barnes : devenir l’associé du grand Edison, travailler avec et non pour l’inventeur. Mais comment transformer ce désir en réalité ? Barnes ne connaissait pas Edison et, de plus, il n’avait pas assez d’argent pour s’offrir le train jusqu’à East Orange, dans le New Jersey. Ces deux obstacles, qui auraient suffi à décourager la plupart des gens, Barnes allait les surmonter par son obstination et sa volonté.

Edison le regarda

Il se présenta au laboratoire d’Edison et déclara sans détour qu’il venait faire affaire avec lui. Plus tard, relatant cette première rencontre, Edison raconta : « Il se tenait debout devant moi pareil à un vagabond ; mais quelque chose dans l’expression de son visage laissait pressentir qu’il ne s’en irait pas sans avoir eu ce qu’il voulait. Des années d’expérience m’avaient appris qu’un homme qui désire quelque chose à un point qu’il est capable, pour l’obtenir, de jouer tout son avenir sur un simple coup de dé est sûr de gagner. Je lui procurai l’occasion qu’il demandait parce que je vis qu’il était fermement décidé à l’obtenir. Les événements qui suivirent me donnèrent raison.

L’apparence extérieure du jeune homme n’avait eu aucun poids dans son succès, au contraire elle l’eût plutôt desservi. La seule chose qui compta fut la détermination qui se lisait en lui.

Les mois passèrent. Apparemment rien ne permettait à Barnes de se rapprocher du seul but qui comptait à ses yeux. Cependant, deux facteurs essentiels se précisaient en lui : son désir de devenir l’associé d’Edison s’intensifiait, il se sentait prêt à cette collaboration et il était décidé à le demeurer jusqu’à ce que son désir se réalisât. Il ne se disait pas : « À quoi bon ? Je ferais mieux d’abandonner et de me contenter d’une place de vendeur dans la maison. » Au contraire, il pensait : « Je suis ici pour collaborer avec Edison et je le ferai, dussé-je consacrer le reste de ma vie à atteindre ce but ! » Et il le pensait vraiment.

L’histoire des hommes serait bien différente si ceux-ci avaient un seul but précis et s’y tenaient jusqu’à le transformer en une obsession tenace ! Le jeune Barnes l’ignorait peut-être à cette époque, mais son obstination et son acharnement allaient avoir finalement raison de tous les obstacles.

la chance entre par une porte dérobée

Enfin l’occasion qu’il attendait se présenta, mais du tout comme il l’avait imaginée.

Edison venait d’inventer une nouvelle machine de bureau connue à l’époque sous le nom de Machine à dicter d’Edison. Ses employés, peu enthousiastes et persuadés qu’elle ne trouverait jamais acquéreurs, hésitaient à la vendre. Barnes sut immédiatement qu’il le pourrait. Il le dit à Edison, qui le laissa courir sa courir sa chance. Il la vendit si bien qu’Edison lui en confia le marché pour tout le pays. Cette association rendit Barnes très riche. Combien exactement lui rapporta-t-elle ? Lui seul le sait. Peut-être deux ou trois millions de dollars, mais cette somme, si élevée soit-elle, devient insignifiante comparée à la richesse que Barnes avait acquise, car il savait désormais qu’une pensée peut se concrétiser si l’on agit suivant quelques principes (qui vous sont justement expliqués dans ce livre). Barnes désirait fortement devenir l’associé d’Edition et il désirait faire fortune. Il n’avait qu’un seul atout dans son jeu : il savait ce qu’il voulait et il était prêt à persévérer jusqu’à la réalisation de son désir. Une pensée est un fait.

Extrait du chapitre 1 « Réfléchissez et devenez riche » de Napoleon Hill.

La sagesse du Silence

Eveil Oriental

Silence Silence

La Sagesse du Silence

Parle seulement quand cela est nécessaire.
Pense à ce que tu vas dire avant d’ouvrir la bouche.
Sois bref et précis,
car chaque fois que tu laisses sortir des paroles de ta bouche,
tu laisses sortir en même temps une partie de ta vitalité.

Développe l’art de parler sans perdre d’énergie.
Ne fais jamais des promesses que tu ne peux tenir.
Ne te plains pas et n’utilise pas dans ton vocabulaire des mots
qui projettent des images négatives,
parce que cela produira à l’extérieur de toi
tout ce que tu as fabriqué avec l’intention qui a chargé tes mots.
Si tu n’as rien de vrai,
de nouveau et d’utile à dire,
il est préférable de rester silencieux et de ne rien dire.
Apprends à être comme un miroir, écoute et reflète l’énergie.
L’Univers même est le meilleur exemple de miroir que la nature nous ait…

View original post 350 mots de plus

Un petit florilège de dimanche

5

tarot psychologique

Poussins

Je ne bois jamais à outrance, je ne sais même pas où c’est

Je n’ai jamais abusé de l’alcool, il a toujours été consentant

L’alcool tue mais combien sont nés grâce à lui ?

Si vous parlez à Dieu, vous êtes croyant… S’il vous répond, vous êtes schizophrène

Cinq fruits et légumes par jour, ils me font marrer… Moi, à la troisième pastèque,
je cale

Un jour j’irai vivre en Théorie, car en Théorie tout se passe bien

La médecine du travail est la preuve que le travail est bien une maladie !

Travailler n’a jamais tué personne mais pourquoi prendre le risque

Si tu as envie de travailler, assieds-toi et ça te passera

Le Lundi, je suis comme Robinson Crusoé, j’attends Vendredi

C’est en buvant n’importe quoi que l’on chope n’importe qui !

Dieu a donné un cerveau et un sexe à l’homme mais pas assez de sang pour…

View original post 150 mots de plus