à écouter… Les séparés de Julien Clerc.

5

Retrouvez-moi, retrouvez-nous désormais sur le site « Révèle ton potentiel pour ton succès »: http://www.reveletonpotentielpourtonsucces.com/. Nous y partageons un éventail d’articles plus large que la quête du bonheur. Venez nous découvrir 🙂 et vous inscrire ici: http://eepurl.com/bXmS_v pour ne rien manquer des ressources que nous mettrons à votre disposition. Vous pourrez également prendre connaissance de la ligne éditoriale  du site ici: http://www.reveletonpotentielpourtonsucces.com/programmes/ligne-editoriale/
Au plaisir de continuer l’aventure ensemble et de vous retrouver sur Révèle ton potentiel pour ton succès.

Yveline et l’équipe de Révèle ton potentiel pour ton succès.

***

Je la trouve tellement belle cette chanson de Julien Clerc. Je ne l’ai découverte qu’hier soir. Bien qu’elle soit triste et que fort heureusement, je ne sois pas dans ce sentiment de tristesse, bien au contraire, je la trouve merveilleusement belle. C’est du Julien Clerc! Une émotion forte, poignante, belle.

à écouter… Il est où le bonheur ? – Christophe Maé

4

Retrouvez-moi, retrouvez-nous désormais sur le site « Révèle ton potentiel pour ton succès »: http://www.reveletonpotentielpourtonsucces.com/. Nous y partageons un éventail d’articles plus large que la quête du bonheur. Venez nous découvrir 🙂 et vous inscrire ici: http://eepurl.com/bXmS_v pour ne rien manquer des ressources que nous mettrons à votre disposition. Vous pourrez également prendre connaissance de la ligne éditoriale  du site ici: http://www.reveletonpotentielpourtonsucces.com/programmes/ligne-editoriale/
Au plaisir de continuer l’aventure ensemble et de vous retrouver sur Révèle ton potentiel pour ton succès.

Yveline et l’équipe de Révèle ton potentiel pour ton succès.

***

à écouter Hello…. d’Adèle

4

nature (52)
Hello,
it’s me
I was wondering if after all these years
You’d like to meet,
to go over
Everything

They say that time’s supposed to heal ya
But I ain’t done much healing
Hello, can you hear me?
I’m in California dreaming about who we used to be

When we were younger
and free

I’ve forgotten how it felt before the world fell at our feet
There’s such a difference
between us
And a million miles

Hello from the other side
I must’ve called a thousand times
to tell you I’m sorry
for everything that I’ve done

But when I call you never
seem to be home
Hello from the outside
At least I can say that I’ve tried
to tell you I’m sorry
for breaking your heart
But it don’t matter,
it clearly doesn’t tear you apart anymore

Hello
how are you?
It’s so typical of me to talk about myself
I’m sorry

I hope
that you’re well
Did you ever make it out of that town
Where nothing ever happened?
It’s no secret
That the both of us are running out of time
Hello from the other side
I must’ve called a thousand times
to tell you I’m sorry
for everything that I’ve done
But when I call you never seem to be home

Hello from the outside
At least I can say that I’ve tried
to tell you I’m sorry
for breaking your heart
But it don’t matter,
it clearly doesn’t tear you apart anymore
Ooooohh, anymore
Ooooohh, anymore
Ooooohh, anymore
Anymore

Hello from the other side
I must’ve called a thousand times
to tell you I’m sorry
for everything that I’ve done
But when I call you never seem to be home
Hello from the outside
At least I can say that I’ve tried
to tell you I’m sorry
for breaking your heart
But it don’t matter, it clearly doesn’t tear you apart
anymore

à écouter Stolen Car… Mylène Farmer & Sting

nature (58)

Late at night in summer heat
Expensive car and empty street
There’s a wire in my jacket
For this is my trade
It only takes a moment
Don’t be afraid

I can hotwire an ignition
Like some kind of star
I’m just a poor boy
In a rich man’s car
Et le moteur s’allume enfin
Nos vies s’enlacent
And we drive into the night

Oh le cuir doux s’en mêle
Affole ton imagination
Je te vois déjà
Dans une autre situation
Tu es « company director »
Une vie de famille
J’ai ce feeling qu il y a
Bien plus de choses à dire

There’s some kind of complication
Il lui dit… he’s alone
Spends the night with his lover
Il y a des traces… of her Cologne
Tous les mots de sa maitresse
À l’oreille et sans détour
Comme une chanson d’amour

Please take me dancing tonight
I’ve been all on my own
Les promesses d’un jour d’un soir
Je les entends comme un psaume
I’m just a prisoner of love
Prisonnière de mes failles
Take me dancing
Please take me dancing tonight

Imagine ta femme
Sa vie glisse entre ses doigts
Il y a une règle
Être chasseur ou bien la proie
Il lui dira : je rentre tard
Ses affaires, partir à Rome
Oh there’s more than a suspicion
In this lingering Cologne

Et les enfants feront la tête
And she runs a traffic light
And she drives into the night

Please take me dancing tonight
I’ve been all on my own
Les promesses d’un jour d’un soir
Je les entends comme un psaume
I’m just a prisoner of love
Prisonnière de mes failles
Take me dancing
Please take me dancing tonight

à écouter…Mama says – de Ibeyi.

11


sligne.1010

« Mama Says »

The man is gone
And mama says
She can’t live without him
The man is gone
And mama says
There is no life without him
She has no one to stop her tears
A man who heals and calms down her fears
She needs to wake up in her man’s arms
And to be loved just like a child

Ooh ooh
Ooh ooh

 

The man is gone
And mama says
That she can’t live without him
The man is gone
And mama says
There is no life without him
How can I tell her the way I feel?
I’m afraid she’d be hurt and sink
It pisses me off, it drives me mad
That she lets herself feel so bad

 

Ooh ooh
Ooh ooh

Eleggua ko
Eleggua ko aña
Eleggua ko
ELeggua ko aña
Eleggua ko
ELeggua ko aña
Alaroye masankio
Eleggua ko aña

 

The man is gone
And mama says
That she can’t live without him
The man is gone
And mama says
There is no life without himsligne.1010

Ibeyi (prononcer « i-bey-i », « jumelles » en langue yoruba) est un duo musical franco-cubain composé des sœurs jumelles Lisa-Kaindé et Naomi Diaz. En 2013, elles signent sur le label XL Recordings.

Le groupe chante en anglais et en yoruba, une langue africaine importée à Cuba au xviie siècle par des esclaves originaires du Nigeria et du Bénin actuels.

Si leur mère est vénézuélienne, leur père était le percussionniste cubain Anga Diaz, membre du groupe Buena Vista Social Club avec Ibrahim Ferrer, Rubén González, et Máximo Francisco Repilado Muñoz alias Compay Segundo. À sa mort, les deux sœurs, alors âgées de 11 ans, apprennent à jouer du cajón, l’instrument fétiche de leur père, et étudient les musiques folkloriques yoruba.

Extrait de Wikipédia
sligne.1010

Vidéo officielle à ne pas rater 😉

 

à écouter Maux d’enfants… de Patrick Bruel avec La Fouine.

10

Maux D’enfants

[P.Bruel]
Tu rentres tôt, plus tôt qu’avant
Tu allumes ton ordi, tu attends
Ils sont tous là, derrière l’écran
Cette fois encore, c’est pas ta fête
Tu lis quand même, tu baisses la tête
Il faudra bien que ça s’arrête
Ces mots jetés, un peu pour voir
Derrière un clavier, va savoir
Quel enfant sage prend le pouvoir
Seul dans sa chambre, un gamin rit
Pour faire rire les autres avec lui
Et ça tombe sur toi aujourd’hui
Sèche tes larmes, Regarde-moi
J’ai encore plus mal que toi quand tes yeux me demandent
‘Pourquoi?’
On répète c’que l’on entend
On cherche sa place dans le vent
Mais ce n’sont que des Maux… d’enfants
Pour une fille, qui leur dit non
Pour un garçon qui aime un garçon
Pour une petite phrase à la con
Parce qu’au milieu, d’une cour d’école
Il n’y a pas qu’les ballons qui volent
Il n’y a pas que des jeux drôles
Qui est minable, qui est cador
Pour un blouson, ou un portable
C’est si facile de mettre à mort
Lève la tête, regarde-moi
J’ai encore plus mal que toi
(Yeah, Fouiny Babe)

[La Fouine]
Et on les croise à la pelle, les voyous virtuels
Les p’tites ont 13 piges, veulent déjà être sensuelles
Les murs n’ont plus d’oreilles ils ont Bluetooth ADSL
Et on joue au jeu de celui qui sera le plus cruel
Les commentaires appellent au secours, parfois les mots sont
des larmes
Les claviers ça tire, les ordis sont des armes
‘Maman j’reste dans ma chambre, maman j’ai pas trop faim,
maman j’ai fait souffrir mais c’est court comme un refrain’
Rencontres sur le net, tu sais même plus qui tu vois
Privés sont les messages, plus besoin d’se casser la voix
Je t’aime pas SMS et tu me manques par e-mail
Tu m’as kiffé sur Twitter et t’as rompu par BBL
Moi quand j’étais petit on avait pas d’ordinateur
On restait jouer au foot et on parlait pendant des heures
Toi t’es seul devant l’écran, et même les jours de fête
Dis-moi avec qui tu surfes, j’te dirai qui tu traites

[P.Bruel]
Pourquoi? Demande leur
Ils n’savent pas, ils croient jouer comme les grands
A d’autres guerres, à d’autres jeux d’enfants
Lève la tête, parle, je t’entends
Change le sens du vent
La haine se glisse, dans les bagages
A l’âge des livres d’images
(Yeah, comment lever la tête de mon clavier?)
Sèche tes larmes, regarde-moi
(T’as qu’à ouvrir un? si tu veux parler)
Tellement d’entre-mots pour toi
(Papa j’ai plus trop l’temps, j’suis connecté)
Quand tes yeux demandent ‘Pourquoi?’
(J’suis tranquille dans ma chambre, tu sais bouger)
Si tu n’en parles pas.