La puissance de l’autosuggestion.

6

Méthode Coué

La Méthode Coué est le résultat des observations, des analyses et déductions du pharmacien et psychologue français Emile Coué (1857-1926). Elle repose sur la suggestion et l’auto-hypnose. Il s’agit d’une technique qui permet d’avoir recours à l’inconscience par des suggestions dans le but d’amener l’individu sur la voie de la guérison.

Selon Emile Coué, toute idée inscrite dans notre esprit tend à se réaliser dans la mesure du possible.

« Si étant malade, nous nous imaginons que la guérison va se produire, celle-ci se produira si elle est possible. Si elle ne l’est pas, nous obtiendrons le maximum d’améliorations qu’il est possible d’obtenir»

Toujours selon Emile Coué, l’imagination est une force bien plus puissante que la volonté et c’est elle qui détermine en grande partie nos actes. C’est donc dans ce conteste que l’autosuggestion intervient. Solliciter notre inconscient à bon escient par des messages précis et positifs est une ressource naturelle d’une force considérable pour améliorer nos conditions physique, morale et pour atteindre nos objectifs. Mais pour qu’elle soit efficace, nous devons y croire. Il nous faut imaginer la situation dans le temps présent, la suggérer à notre imagination-inconscience et l’ancrer dans nos croyances.

En 1926, Emile Coué décrivait sa méthode dans son ouvrage intitulé «La Maîtrise de soi-même par l’autosuggestion consciente»

Méthode_Coué

En voici quelques extraits :

« Mesdames et Messieurs,
La suggestion ou plutôt l’autosuggestion est un sujet tout à fait nouveau, en même temps qu’il est aussi vieux que le monde.
Il est nouveau en ce sens que, jusqu’à présent, il a été mal étudié et, par conséquent, mal connu ; il est ancien parce qu’il date de l’apparition de l’homme sur la terre. En effet, l’autosuggestion est un instrument que nous possédons en naissant et cet instrument, ou mieux cette force, est doué d’une puissance inouïe, incalculable, qui, suivant les circonstances, produit les meilleurs ou les plus mauvais effets. La connaissance de cette force est utile à chacun de nous, mais elle est plus particulièrement indispensable aux médecins, aux magistrats, aux avocats, aux éducateurs de la jeunesse.
Lorsqu’on sait la mettre en pratique d’une façon consciente, on évite d’abord de provoquer chez les autres des autosuggestions mauvaises dont les conséquences peuvent être désastreuses, et ensuite l’on en provoque consciemment de bonnes qui ramènent la santé physique chez les malades, la santé morale chez les névrosés, les dévoyés, victimes inconscientes d’autosuggestions antérieures, et aiguillent dans la bonne voie des esprits qui avaient tendance à s’engager dans la mauvaise. »

De ses observations, Emile Coué a déduit quatre grands principes qui pourraient être résumés en une phrase : L’imagination surclasse la volonté.

Continue reading

La loi de l’attraction.

5

Au regard de l’article « Le cerveau humain : fonctionnement » et notamment de l’expérience du marshmallow, la loi de l’attraction pourrait être envisagée sous l’angle de la science et du mode de fonctionnement de notre cerveau.

Mais qu’est-ce que l’expérience du marshmallow ?

Un enfant est isolé dans une pièce. On lui donne un marshmallow et on lui dit que l’on va faire un tour et que l’on reviendra. S’il n’a pas mangé son marshmallow, il aura alors le droit d’en avoir un second. L’enfant aura t-il assez de patience et de volonté pour ne pas succomber à la tentation ? Difficile…

L’expérience menée avec plusieurs petits montre qu’ils utilisent toute sorte de stratagèmes pour ne pas céder à la tentation, mais qu’au final aucun n’y parvient et pour cause ! Notre cerveau n’est pas programmé pour résister !

L’unique manière d’y parvenir est de focaliser son attention sur autre chose. De là à penser que les techniques de visualisation qui ne sont que des méthodes de focalisation de l’attention peuvent nous aider à réaliser nos projets, il n’y a qu’un pas, ou quelques associations d’idées…

En effet, conditionner volontairement notre cerveau par la visualisation de nos objectifs pourraient conduire ce dernier à créer de manière inconsciente les circonstances favorables à la réalisation de ceux-ci. Ce serait là une explication au phénomène que nous connaissons de manière empirique.

Le cerveau humain : fonctionnement.

6

Cette semaine, j’ai suivi une formation de deux jours relative à la gestion de son temps avec efficacité proposée par AFCOS Consultants.

En tout début d’intervention, la formatrice a évoqué rapidement le fonctionnement du cerveau, nous indiquant que la fonction première de ce dernier était d’être économe. Si l’on souhaitait gérer efficacement son temps, il était impératif de se fixer un délai pour accomplir nos tâches, faute de quoi notre cerveau qui fonctionne par association d’idées nous conduirait à étaler la réalisation de nos tâches dans l’espace temps.

Pas très claire cette notion d’économie du cerveau !

Intriguée par les mécanismes du cerveau, j’ai recherché sur Internet des références au « cerveau économe » sans grand succès à l’issue de la première journée de formation, puis interrogé à nouveau notre formatrice le lendemain sur le sujet…

Mes investigations du weekend ont été plus fructueuses et je crois que la connaissance de notre mode de fonctionnement peut nous aider à agir plus efficacement pour mener à bien nos projets.

Aussi, je vous propose de découvrir, pour ceux qui ne les ont pas déjà visionnées, deux vidéos diffusées sur Arte. En réalité, il s’agit d’une seule et même vidéo, la première n’étant qu’un extrait de la seconde.

En l’état actuel des connaissances et des découvertes qui ne cessent d’évoluer, il en ressort que :

  • Le cerveau prend la voie la plus rapide et que cela fonctionne bien. Cette voie est celle de notre inconscience. Ainsi, il y économie de dépense d’énergie (j’ai enfin ma réponse !)
  • Notre conscience est limitée au cortex cérébral, une fine couche stratifiée qui englobe le reste du cerveau comme un bonnet de bain; en quelques fraction de seconde, près de 15 Milliards de neurones du cortex peuvent former de nouvelles connections. Mais il faut savoir que le feu d’artifice de nos pensées conscientes entraînent une dépense d’énergie supérieure à celles occasionnée par les muscles d’un sportif de haut niveau. Aussi notre cerveau essaie t-il toujours de s’en sortir sans notre conscience.
  • Pour réussir, plutôt que d’utiliser la volonté, la résistance aux tentations, il vaut mieux focaliser son attention sur l’objectif.
  • Seule la réflexion consciente nous fatigue, fatigue notre cerveau. C’est la raison pour laquelle notre inconscient assure le plus gros du travail.
  • La créativité est un acte de rébellion. Il faut être subversif pour briser les règles et aller contre les conventions.
  • Nos modèles inconscients peuvent nous rendre aveugles à toute nouvelle idée, etc.

La seconde vidéo qui certes est un peu longue mais tellement instructive, permet d’affiner un peu plus notre compréhension.

Continue reading